Le Camp des jeunes

, par  Association Etudes et Développement (AED)

Le Camp des Jeunes (ou Youth Camp) est installé à l’Ecole Supérieure Polytechnique (ESP). Sur sa grande esplanade centrale, des centaines de tentes gracieusement offertes par l’Arabie Saoudite (« Royaume de l’Humanité ») s’alignent, demeures éphémères (et bon marché) d’une partie des participants du FSM. Dans les immeubles avoisinants se tiennent des ateliers, groupes de travail et conférences, tous relatifs aux jeunes, dont un atelier organisé par l’association YMCA Sénégal.

L’atelier a pour but la mise en commun de perceptions et visions des participants autour des enjeux de la citoyenneté : Quelles sont les variations de cette notion d’un pays à autre ? Quelles sont les pratiques qui définissent le citoyen ? La possession d’une carte d’identité est-elle un pré-requis à cet exercice ? De jeunes Sénégalais, Canadiens, Français, Maliens, etc., ont discuté au long l’après-midi autour de trois axes de débat : la notion de citoyenneté, l’Etat citoyen et l’avenir des jeunes citoyens.

Le débat débute avec l’intervention dynamique de quelques membres de YMCA Sénégal qui cherchent à explorer les motivations et les positionnements des jeunes Africains par rapport à ces sujets : confrontation multiculturelle de différents points de vue et représentations. Au Sénégal et en Colombie par exemple, la possession d’une carte d’identité et l’Etat civil configurent un modèle de citoyenneté imposé par les autorités ; dans le même temps, les jeunes s’organisent d’une manière très active malgré la faiblesse des modes de participation citoyenne. En France, la notion de citoyenneté peut être interrogée dans la mesure où les dénommés « sans-papiers » participent activement à la vie associative, prenant part à ce qu’on pourrait appeler l’Etat citoyen.

De l’aveu des Canadiens, « nous sommes ici pour apprendre de nos cousins sénégalais ». Apprendre de leur approche militante et plus politisée aux questions de pauvreté et de détresse sociale que les Canadiens, adeptes d’une ligne plus apolitique et axée sur le soin à l’individu.

Au même moment, un groupe de rap sénégalais scande des slogans anticapitalistes et pro-annulation de la dette à notre caméra, et attire la foule enthousiaste pour un bœuf improvisé. Dans la soirée, un grand concert est prévu au Camp, auquel on a préféré une soirée avec des étudiants de Droit de l’UCAD, membres d’un réseau panafricain et sur le point de partir, à 200, pour une « caravane » qui voyagera à travers le Sénégal, le Mali, et le Burkina Faso.

Voir en ligne : Jour 3 : Le Camp des Jeunes

Navigation

Suivez-nous

Sites favoris Tous les sites

0 sites référencés dans ce secteur