Confusion créatrice au forum social mondial

, par  4D

Il n’est pas temps de tirer le bilan du Forum Social Mondial, puisque se tiennent encore à Dakar des assemblées de convergence pour l’action : y seront décidées des résolutions, appels, plans d’action, qui seront présentées lors de l’ assemblée des assemblées : fruits du travail de plusieurs dizaines de milliers de personnes, provenant de tous les continents.

Nous connaissons déjà quelques unes des retombées : après la Charte des migrants, qui a été proclamée sur l’île de Gorée, des résolutions seront prises en faveur de politiques plus respectueuses du droit des migrants, et, en définitive, plus efficaces, tant pour les pays de départ que d’arrivée.

Un travail important a été conduit aussi concernant l’accaparement des terres, au sujet duquel de nombreux paysans de Via Campesina ont apporté des témoignages, et qui devrait se traduire par un appel de Dakar.

Mais dès à présent, il est possible de souligner quelques enseignements du processus de mobilisation des mouvements sociaux à l’échelle du monde.

Lors de l’avant-forum, Chico Whitaker, l’un des initiateurs des FSM, avait annoncé l’importance de l’état d’esprit avec lequel il fallait entrer dans ce processus de confusion créatrice : se sentir co-responsable de l’organisation, et donc, considérer les difficultés comme des défis auxquels il faut répondre ; et Bernard Salamand, Président du CRID, avait proposé ce qui pourrait être la devise du Forum : tout va bien se passer… mais pas tout de suite !

Il est vrai que le Forum, qui s’est déroulé principalement à l’Université Cheikh Anta Diop, a eu du mal à démarrer, puisque la localisation des dizaines d’ateliers en parallèle n’était pas connue à l’ouverture ; que, tout au long du forum, des annulations, déplacements de dernière minute, ont caractérisé certaines activités. Ces difficultés sont liées en particulier au retard dans l’organisation des examens liés à des grèves des étudiants, et à l’arrivée d’un nouveau recteur dont les priorités n’étaient plus les mêmes. Ces aléas ont pu être vécus assez difficilement par les personnes responsables de l’organisation d’activités : mais beaucoup ont positivé ces situations, la découverte de l’inattendu s’avérant souvent féconde.

manifestation devant frontex {JPEG}

Plusieurs initiatives ont permis d’élargir le périmètre du Forum : l’organisation préalable au rassemblement de caravanes de migrants, celle de multiples conférences audio-visuelles avec d’autres lieux de la planète (Dakar étendue), celle d’évènements décentralisés pendant le déroulement : une manifestation pour soutenir la libre circulation des personnes et s’opposer à la politique européenne (Frontex), des ateliers en zones populaires sur les zones périphériques des villes, un Forum mondial orienté sur le partage des spiritualités.

Lors de l’évaluation proposée vendredi 10 par le CRID, un consensus semblait se dégager sur la richesse des liens et des partages qui se sont déroulés entre les participants et avec les habitants de Dakar, en particulier les étudiants. Lorsqu’a été annoncée en « assemblée de convergence », devant près de deux cents personnes, la possible démission de Moubarak, c’est un tonnerre d’applaudissements qui a retenti : comme un signe prémonitoire que les peuples peuvent se libérer pour choisir leur destin et celui de la planète : tout va bien se passer… mais pas tout de suite !

Christian Bourdel, administrateur 4D

Sites favoris Tous les sites

0 sites référencés dans ce secteur