Les pauvres doivent avoir voix au chapitre !

, par  Politis

« Comment devenir tous acteurs de la connaissance si une partie de la population vit dans une pauvreté extrême ? » se sont interrogés les participants du Forum Science et Démocratie le 4 et 5 février dernier. Thierry Viard, représentant du Mouvement international ATD Quart Monde, a proposé une ébauche de réponse à cette question incontournable.

« Au Forum de Dakar il y a trois ans, je me suis opposé à la proposition dite de l’aide concertée parce que celle-ci est une perte de dignité pour les plus pauvres. Dans les bidonvilles où, souvent, il n’y a pas de latrines, l’éducation faite par les parents nécessite une énergie énorme. Pourtant, les assistants sociaux et infirmiers, inquiets par la mortalité, ne perçoivent pas souvent le savoir-faire des parents. Il faut vivre les conditions de vie des personnes dans les bidonvilles pour les comprendre. Nous ne devons pas devenir des bailleurs de fond » explique-t-il. Le déficit de contribution et de participation des « très pauvres » de la société ne facilite malheureusement pas leur appropriation du savoir. La solution résiderait dans le dialogue entre les deux parties, les parents et les assistants sociaux. De la compréhension mutuelle découlerait une action commune qui permettrait aux plus pauvres l’accès aux droits universels. (...)

Voir en ligne : Lire la suite sur Politis.fr

Navigation

Suivez-nous

Sites favoris Tous les sites

0 sites référencés dans ce secteur