Contribution de « Paris-Dynamique Femmes pour le FSM Tunis 2013 »

, par  Attac

Composée des associations féministes suivantes : Association Adéquations,
Association Femmes Intercultures, Association Femmes Plurielles, Collectif
National des droits des femmes, Comité des Femmes Contre La Lapidation Paris
(Groupe des femmes Iraniennes), Commission Genre d’Attac France, Commission
Femmes de la FASTI, Commission Femmes du FALDI, Coordination Française pour
le Lobby Européen des Femmes, Féministes pour une autre Europe, Femmes
Migrantes Debout ! Forum Femmes Méditerranée, Genre en Action, Groupe Femmes
de l’ATMF, Ligue du Droit International des Femmes, Marche Mondiale des
Femmes-France, Osez Le Féminisme ! Réseau Féministe « Ruptures », Réseau
Mêmes Voix-Mêmes Droits, UniEs Vers Elles

Composée des associations féministes suivantes : Association Adéquations,
Association Femmes Intercultures, Association Femmes Plurielles, Collectif
National des droits des femmes, Comité des Femmes Contre La Lapidation Paris
(Groupe des femmes Iraniennes), Commission Genre d’Attac France, Commission
Femmes de la FASTI, Commission Femmes du FALDI, Coordination Française pour
le Lobby Européen des Femmes, Féministes pour une autre Europe, Femmes
Migrantes Debout ! Forum Femmes Méditerranée, Genre en Action, Groupe Femmes
de l’ATMF, Ligue du Droit International des Femmes, Marche Mondiale des
Femmes-France, Osez Le Féminisme ! Réseau Féministe « Ruptures », Réseau
Mêmes Voix-Mêmes Droits, UniEs Vers Elles.

Ces dernières années ont été marquées par un regain de visibilité des droits
des femmes sur la scène internationale. La participation active des femmes
aux révolutions dans le monde arabe, les révoltes survenues en Inde suite
aux viols collectifs et au décès d’une jeune femme, la mobilisation
internationale contre les violences faites aux femmes 14 février dernier en
sont des exemples parmi d’autres.

Mais, la réalité d’un patriarcat dominant, c’est celle des inégalités
persistantes voire croissantes entre les femmes et les hommes : les femmes
possèdent seulement 1% des richesses mondiales et elles constituent les deux
tiers des personnes touchées par l’analphabétisme, une femme sur trois est
victime de violences dans sa vie, les inégalités en droit dans les
législations nationales, les inégalités de statut au sein de la famille et
dans la sphère privée, la guerre menée contre la libre circulation, la
liberté d’émigrer et par suite aux migrantes elles-mêmes, le déni des droits
humains fondamentaux des femmes demeurent toujours la règle, bien qu’à des
degrés divers, dans toutes les sociétés.

Nous, femmes d’associations féministes en France, réaffirmons que les femmes
veulent être des sujets politiques et exercer leurs droits universels :
droit à l’intégrité physique, droit à disposer de son corps, droit à
l’autonomie, droit à l’exercice des responsabilités économiques, sociales et
politiques. Dans le monde entier, les femmes se mobilisent pour atteindre
ces objectifs, et dans de nombreux pays du Sud elles prennent des
initiatives ou obtiennent des lois plus favorables qui sont des exemples à
connaitre et diffuser.

Nous rappelons que les politiques d’austérité et la mondialisation
néolibérale qui touchent majoritairement les femmes assomment de plus en
plus durement les peuples. 500 personnes les plus riches du monde possèdent
plus à elles seules que les 416 millions de personnes les plus pauvres.

Les femmes sont les premières à pâtir du démantèlement des services publics
et des droits sociaux. L’appauvrissement et la précarisation qui en
découlent détruisent et s’opposent à la mise en application de leurs droits
en tant que citoyennes. Mais elles ne restent pas les bras croisés, elles
développent une économie sociale et solidaire, défendent leurs connaissances
des ressources naturelles, construisent la sécurité alimentaire, et
proposent des alternatives viables à l’exploitation sans fin des personnes
et des ressources, pour une plus grande qualité de vie pour tous et toutes.

Dans la période actuelle, l’emprise accrue des extrémismes et des pouvoirs
religieux sur le politique impose leur domination et constitue une menace
pour l’émancipation des femmes et l’égalité entre les sexes. C’est pourquoi,
l’Assemblée des Femmes du Forum Social Mondial à Tunis en 2013, doit être le
lieu où s’organisent les solidarités entre les femmes du monde et
s’élaborent les revendications à porter au Forum Social Mondial.

Nous soutenons les militantes syndicalistes tunisiennes en lutte qui
s’engagent pour maintenir et améliorer leurs droits dans un esprit de
démocratie et de laïcité., et toutes les ouvrières en grève pour de
meilleures conditions de travail et des contrats décents de la Sea Latelec.
Cette transnationale est un exemple vivant de la mondialisation néolibérale
triomphante et de la complicité qui peut exister entre patriarcat et
capitalisme pour perpétuer la domination de genre. Nous refusons les
dominations, les violences et les discriminations envers les femmes et nous
soutenons les femmes en lutte sur toute la planète. Le féminisme et l’alter
mondialisme participent du même combat.

Nous demandons à l’Assemblée des Femmes de défendre ces positions pour
qu’elles soient reprises dans les résolutions finales de l’Assemblée des
mouvements sociaux qui clôturera le FSM 2013.

Fait à Paris, le 14 mars 2013.

Contacts :

Monique Dental : tél 06 73 44 78 65 courriel : monique.dental@orange.fr

Amina Shabou : tél 06 67 36 55 70 courriel : aminashabou@yahoo.fr

Voir en ligne : Réseau Féministe "Ruptures"

Navigation

Suivez-nous

Sites favoris Tous les sites

0 sites référencés dans ce secteur