Tunis : Manifestation devant le consulat d’Algérie pour dénoncer le blocage de militants à la frontière

, par  Maison des droits de l’Homme
La manifestation devant le consulat d’Algérie

Jeudi 28 mars à 18h, une manifestation a été organisée devant le Consulat Général d’Algérie afin de dénoncer le blocage d’acteurs associatifs à la frontière algérienne qui venaient à Tunis pour participer au Forum Social Mondial. Les militants entendaient interpeler l’Etat algérien sur cette nouvelle atteinte aux droits de l’Homme.

A la veille de l’ouverture du Forum Social Mondial quatre cars réunissant environ 200 militants venus de toutes les régions d’Algérie se dirigeaient vers la frontière tunisienne. Les occupants des deux premiers cars ont pu passer la frontière in-extremis en la franchissant à pied alors que les véhicules étaient immobilisés par la police algérienne. Deux autres cars ont été bloqués à un autre poste frontière et les militants campent sur place en guise de protestation pour la durée du forum social.

On doit s’inquiéter des pratiques du gouvernement algérien qui entendait utiliser le Forum Social Mondial pour soigner son image auprès de l’opinion publique internationale. Il s’agissait pour les autorités de l’Algérie d’envoyer des délégués triés sur le volet tout en essayant d’empêcher les véritables militants en lutte pour la démocratie et la défense des droits de l’homme de pouvoir s’exprimer. L’Etat algérien voulait se donner une image présentable tout en essayant de porter l’estocade à l’encontre du gouvernement marocain sur la question du Polisario. Cette dernière question demeure décidément brûlante entre le Maroc et l’Algérie qui prennent l’habitude d’utiliser le Forum Social Mondial comme un terrain de confrontations.

Parmi les militants qui sont parvenus à franchir la frontière on retrouvait des militants investis dans la défense des droits de l’Homme, des féministes, des syndicalistes et des membres de comités chômeurs algériens tous investis dans le Forum Social Maghrébin.

Devant le Consulat, plusieurs militants ont pris la parole pour dire que "le peuple algérien aspire à l’égalité et à la liberté", " Que le peuple a été bâillonné par cette dictature pour laquelle les puissances occidentales déroulent le tapis rouge". Que beaucoup de familles ont été touchées par le drame de la décennie noire qui a fait des milliers de victimes. Une militante s’est insurgée sur le fait que l’on tue encore en Algérie et que le président français François Hollande, pour des raisons diplomatiques, ne dit rien sur les crimes commis, des jeunes et des militants associatifs se font aussi tabasser dans leur lutte pour la défense des droits. En 2010 et en 2011 il y a eu beaucoup de révoltes en Algérie qui ont toutes été réprimées.

Navigation

Suivez-nous

Sites favoris Tous les sites

0 sites référencés dans ce secteur