Y’en a marre au Sénégal : "Pour un citoyen vigile de la démocratie"

Où en est le mouvement Y’en a marre depuis la chute du président Wade ? Et où en est le Sénégal ? Rencontre avec Aliou Sane, journaliste et co-fondateur de Y’en a marre, présent au Forum Social Mondial de Tunis.

Entretien avec Aliou Sane

Né début 2011 à Dakar, le mouvement Y’en a marre avait été initié par de jeunes rappeurs et journalistes qui n’en pouvaient plus de la situation chaotique de leur pays : coût de la vie trop élevé, coupures incessantes d’électricité, corruption, passivité des sénégalais... Cette dynamique de sensibilisation massive a alors poussé la jeunesse à tendre vers un modèle de citoyen idéal, acteur du changement : le Nouveau Type de Sénégalais (NTS).

Grâce au porte à porte, le mouvement a fait tâche d’huile jusqu’aux coins les plus retirés du pays, entrainant une participation massive des jeunes aux élections. Chassé du pouvoir, le président Abdoulaye Wade a alors été remplacé par Macky Sall.

Aujourd’hui explique Aliou, le combat continue pour rester "vigiles de la démocratie".

Aliou Sane lors de son intervention au Forum Social Mondial. {JPEG}

JPEG

Vidéo de la chanson "Das fananal" ("ma carte, mon arme") qui a poussé les jeunes sénégalais à aller voter : car l’arme la plus redoutable est la carte d’électeur.

Claire Bourdon

Navigation

Suivez-nous

Sites favoris Tous les sites

0 sites référencés dans ce secteur