FSM TUNIS : Paroles de chauffeurs de taxi

, par  Attac

Des militantes d’ATTAC rapportent les conversations qu’elles ont eu avec chauffeurs de taxi durant le FSM à Tunis

- Moi , je veux aller à la mosquée si c’est mon choix et pas parce qu’on me dit que je dois le faire. Je ne veux pas qu’on me dise de devenir barbu si j’ai pas envie.

- On s’ est fait piégé , on avait subi une telle dictature,on en avait tant souffert et Ennahda sous la dictature avait aussi tant souffert qu’on s’est dit « eux au pouvoir, ils ne voleront pas , ils ne mentiront pas , ils seront avec et pour nous » Mais ils sont pareils que l’ autre ,le pouvoir ils ne veulent plus le lâcher .Ils avaient été élus pour un an et maintenant ils restent . Le 23 octobre , lors des élections, ça va être truqué. Ils ont placé des gens dans les administrations. Il faut un équilibre. Là ils ont 90 sièges et les autres à peine 20 . C’ est pas possible , il faut un équilibre 50 pour eux,50 pour les autres ; s’ ils perdent aux élections , ils seront furieux : on va vers le chaos. Il faudra leur donner la moitié des sièges.

- La vie ici est devenue économiquement impossible : l’ essence augmente tous les mois de 100 millidinars.Avant on pouvait vivre avec 20 dinars par jour pour une famille , maintenant il en faut 30 . Comment on fait ? La caissière , elle gagne 300 dinars par mois (150 euros) . Comment elle fait pour vivre ?

- La Tunisie avant était un des pays les plus modernes : on avait même une caisse spéciale pour les femmes divorcées dont les maris ne payaient pas les pensions : on était les seuls au monde à avoir cela !

- Moi je dois travailler 12 h par jour : 30 000 taxis à Tunis, autant que dans l’ Égypte entière. Tout le monde pense que c’est facile d’être taxiste . Aujourd’hui je dois mettre 20 dinars /j d’essence (il y a 2 ans, 10 dinars) et toutes les semaines une pièce de voiture à changer .
Avant sous Ben Ali , pour devenir chauffeur de taxi , il fallait avoir un copain dans l’ entourage de Ben Ali , sinon impossible .

- Ennahda se tourne vers les États Unis et veut rompre avec la France. Mais nous, la France on veut travailler avec elle : Renault , Peugeot, le tourisme ..

- Le loyer , la où vous logez (quartier populaire de la marsa ) c’est 400 dinars /mois . Ici (quartier plus chic prés du campus ) c’est 1000 dinars . Dans une banque au guichet ,le salaire c’ est 400 dinars

- On n’avait aucune culture politique sous la dictature Ben Ali : ça prend du temps de la construire . Il y a le vieil homme, 86 ans , lui ,il est le seul à pouvoir nous rassembler .

- C’ est dur économiquement ,ca va mal, très mal, mais la liberté qu’on a gagné , on ne les laissera plus nous la reprendre . Elle est là ( le chauffeur désigne son cœur) .Il y a 2 ans , je n’avais même pas le droit de vous parler. On s’est réveillé , ca sera long mais on est devenu vivant .

* ( Titre emprunté à Michel Butel dans le dernier N° 11 de son journal L’ IMPOSSIBLE)

Navigation

Suivez-nous

Sites favoris Tous les sites

0 sites référencés dans ce secteur