Extractivisme, eau et changement climatique

, par  France Libertés

La conférence organisée par France Libertés a attiré plus de 80 personnes au Forum Social Mondial de Montréal.

France Libertés défend le droit à l’eau et les droits des peuples autochtones en particulier liés aux ressources naturelles et s’oppose à la marchandisation de la nature.

JPEG - 55.5 ko
Marion Veber, France Libertés

Les grands projets extractifs se multiplient, de la mine à ciel ouvert à l’exploitation des hydrocarbures. Sur le terrain, nos partenaires sont inquiets des activités des entreprises extractives, qui sont des obstacles à l’effectivité du droit à l’eau : l’extractivisme affecte la qualité et la quantité de l’eau.

Les peuples autochtones nourissent des réflexion sur des solutions alternatives pour la luttte contre le changement climatique.

JPEG - 55 ko

Emma Lui, du Conseil des Canadiens, agit autour des thématiques de privatisation, des questions énergétiques et des liens entre l’eau et les peuples autochtones. Elle a montré comment l’eau et l’extractivisme était liés, et s’est centré sur le fait que les activités extractives avaient des conséquences désastreuses sur l’environnement et les droits des peuples autochtones. Elle a soulevé la question des pipelines et de la fracturation hydraulique.

JPEG - 52.3 ko

Eriel Deranger est une représentante de la communauté Athabasca Chipewyan First Nation en Alberta au Canada. Elle s’est concentré sur la situation en Alberta avec l’exploitation des sables bitumineux.

JPEG - 55.5 ko

Sylvie Paquerot, juriste politique, professeure et membre du Conseil d’administration de France Libertés a appelé à réagir face à l’extractivisme : les droits humains et la désobéissance civile sont des outils pour lutter contre ce modèle de développement.

Navigation

Suivez-nous

Sites favoris Tous les sites

0 sites référencés dans ce secteur