Atelier sur l’accès à l’eau et à l’assainissement

, par  FIP

Plus de 200 personnes ont assisté à l’activité d’inauguration de l’espace du Forum international des plates-formes nationales d’ONG au Forum Social Mondial de Dakar consacré à l’enjeu crucial et vital de l’accès à l’eau et à l’assainissement. Le président du CONGAD, Momar Talla Kane, a animé cet atelier, centré sur la question de l’eau comme bien commun de l’humanité.

Danielle Mitterrand, de la Fondation France Libertés est revenue sur l’importance du droit à l’eau, car sans eau, pas de vie. Nécessaire à l’humanité, cette ressource est source de vie - mais aussi de maladies et de mort. Maître Guissé, avocat sénégalais ayant beaucoup milité en faveur de ce droit fondamental, est revenu sur ce droit à l’eau, et ce besoin vital d’une qualité et d’une quantité d’eau quotidienne de minimum 40 litres par habitant. Mais quel décalage entre les 140-200 litres utilisés dans les pays industrialisés et les moins de 20 litres par jour en Afrique. L’eau devrait être au centre des politiques et des politiques de développement, et il faut être vigilant à ce qu’elle ne soit pas privatisée et qu’elle ne devienne pas une source de conflit. Pour Momar Talla Kane, les ONG ont une responsabilité d’acteur, en défendant ce droit à l’eau et en le reliant aux thèmes de la santé, de l’habitat, etc.

Le nécessaire point de vue de la société civile

Andrea Matusakova, de la Coalition Eau (un collectif d’une trentaine d’ONG françaises), a décrit le cadre du 6ème Forum Mondial de l’Eau (FME 2012) , qui se tiendra à Marseille en mars 2012. La Coalition Eau étant la seule ONG membre du CA du Comité international d’organisation du FME 2012, Andrea a insisté pour que la société civile défende la dimension humaine au sein de ce Forum. Il est nécessaire que la société civile internationale se mobilise au sein de Forum Mondial de l’Eau et/ou au sein du Forum alternatif mondial de l’eau, pour que sa voix, ses propositions et ses demandes soient entendues. Le 6ème Forum Mondial de l’Eau, qui, jusqu’à maintenant, n’a pas, ou très peu, été ouvert à la société civile représente une opportunité unique pour défendre la cause de l’eau et de l’assainissement pour tous.

Emmanuel Poilane, de la Fondation France Libertés, a tenu à soutenir la Coalition Eau, mais a aussi dénoncé l’absence de possibilité d’une vraie participation de la société civile à ce processus. Il a aussi rappelé que seuls 5 pays avaient inscrit le droit à l’eau dans leur constitution. Selon lui, le droit à l’eau doit faire partie intégrante de l’aide au développement et devrait être l’OMD prioritaire pour la communauté internationale car sans eau, pas d’éducation, pas de santé, pas de développement.

Il a aussi été dit l’importance de sensibiliser les enfants des pays industrialisés à la gestion de cette ressource, et que les gouvernements africains mobilisent des ressources pour offrir de l’eau potable à ces citoyens.

Alexandre Tiphagne, Dakar, 7 février 2011

Navigation

Suivez-nous

Sites favoris Tous les sites

0 sites référencés dans ce secteur